Service informatique a domicile, dépannage d'ordinateur pour le Val d'Oise, 95 Cergy et le Vexin

ordinateur

REPARER AU LIEU DE JETER

L'ECONOMIE CIRCULAIRE

A l’heure ou notre planète croule sous les déchets, nos mobiles, smartphones, tablettes et petit électroménager sont souvent changés avant les trois ans. Pour nos ordinateurs la durée de vie est un peu plus importante. Pourtant, beaucoup de ces produits seraient réparables. Un laboratoire a mis en place un système de notation, indiquant au consommateur si son ordinateur portable est plus ou moins réparable. Aujourd’hui, seulement 38% des Français font réparer leurs appareils électriques ou électroniques, lorsqu’il sont en panne.

Le gouvernement veut changer la donne

Le gouvernement veut faire changer ces habitudes en rendant obligatoire la note de réparabilité. Lutter contre l’obsolescence programmée, c’est aussi le combat de l’association "Halte à l'obsolescence programmée" (HOP) qui a déjà déposé deux plaintes contre des fabricants d’imprimantes. S’ils accueillent positivement la mesure du gouvernement, elle n’est selon eux pas suffisante. L’indice de réparabilité entrera en vigueur le 1er janvier 2020. Il sera à afficher à côté du prix des produits.

Voir la vidéo :

https://www.francetvinfo.fr/politique/gouvernement-d-edouard-philippe/consommation-reparer-au-lieu-de-jeter_2832547.html

 

HOP déterminée à faire bouger le Gouvernement sur l’économie circulaire

Depuis quelques semaines se tiennent des ateliers de travail pour la « feuille de route de l’économie circulaire » que doit approuver le Ministre de la transition écologique et sociale, Nicolas Hulot, en avril 2018. Pour rappel à nos lecteurs qui n’auraient pas (encore) lu notre ouvrage « Du jetable au durable », l’économie circulaire désigne un modèle économique qui préserve nos ressources à long terme et tend vers le zéro déchet.

Un cadre propice aux propositions portées par HOP

Depuis sa création, l’association HOP développe des propositions sur différents thèmes essentiels à l’économie circulaire : allonger la durée de vie des produits, améliorer le réemploi et faciliter la réparation. Lors de la campagne « Opé1017 » où, en lien avec d’autres organisations de la société civile, HOP avait consulté les citoyens sur une plateforme dédiée et interpellé les candidats sur les propositions qui s’en étaient suivies. Cette démarche n’était pas restée sans résultats, dans la mesure où notre association avait notamment obtenu l’engagement d’Emmanuel Macron de garantir l’affichage de la durée de vie des produits électroménagers.

Sur ces bases, HOP exerce aujourd’hui un plaidoyer constant pour renforcer les législations contre l’obsolescence programmée. L’association participe ainsi à deux ateliers phares de cette feuille de route : celui sur le thème « production et consommation durables » et celui sur « instruments économiques, fiscalité et financements ». Afin de contrebalancer les argumentaires des lobbies favorables à ce que rien ne change, HOP a détaillé des propositions telles que :

  • Mise en place d’une TVA réduite et d’un crédit d’impôt pour la réparation,

  • Renforcement des éco-modulations pour les produits non durables,

  • Allongement de la garantie minimale des biens meubles durables à 5 ans,

  • Renforcer l’accessibilité des pièces détachées,

  • Mettre en place l’affichage de la durée de vie des produits…

Ensemble, on est plus forts

Pour HOP, il est essentiel d’être représenté à ces rencontres pour faire valoir la possibilité d’agir sur ce sujet et démontrer les impacts positifs qui découleraient de ces actions. Pour gagner en efficacité et en force de frappe, l’association collabore avec d’autres ONG qui militent pour des convictions proches (telles que Zero Waste, Les Amis de la Terre ou France Nature Environnement) en effectuant des propositions communes.

Les soutiens des propositions de HOP ont également pu contribuer sur la plateforme ouverte par le Gouvernement (www.consultation-economie-circulaire.gouv.fr ). Plus de 1700 contributions et plus de 16 000 votes ont permis de promouvoir des champs d’action tels que le développement de la consigne ou l’appui à des réseaux de réparateurs de proximité. Si vous n’avez pas pu y participer, n’hésitez pas à nous faire part de vos propositions originales par mail, afin que nous puissions les relayer.

Plus généralement, votre soutien moral ou financier nous aide à poursuivre ce combat à l’origine de la création de l’association : peser collectivement pour rendre obsolète l’obsolescence programmée. A suivre, ensemble !

Samuel Sauvage.

https://www.halteobsolescence.org/hop-determinee-a-faire-bouger-gouvernement-leconomie-circulaire/

 

Après la plainte déposée contre 4 fabricants d’imprimantes, l’association Halte à l’obsolescence programmée a déposé une nouvelle plainte contre Apple, dans la foulée du scandale des iPhones bridés.

Tout le monde ne peut pas acheter des fringues Patagonia et des machines à laver à 1000 euros, donc il y a clairement une question de modèle économique. En même temps, grâce au numérique, il y a des pistes que l’on n'avait pas avant, comme la mutualisation des machines à laver et des appareils électroménagers dans les éco-quartiers, le troc de vêtements, etc. Les cultures évoluent. L’outil numérique peut permettre une sorte de "collectivisme 2.0", plus individualisé, plus horizontal. Ce n’est pas absurde. Les solutions sont diverses et multiples. Et il y a des pratiques de bon sens, qui se font dans les pays du Sud.

https://motherboard.vice.com/fr/article/kzg33w/halte-a-lobsolescence-programmee-hop-on-ne-fera-pas-avaler-la-pilule-de-lobligation

 

 

https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/feuille-route-economie-circulaire-frec

Le Mercredi 2 mai 2018

La feuille de route pour l’économie circulaire (FREC) décline de manière opérationnelle la transition à opérer pour passer d’un modèle économique linéaire « fabriquer, consommer, jeter » à un modèle circulaire qui intègrera l’ensemble du cycle de vie des produits, de leur écoconception à la gestion des déchets, en passant bien évidemment par leur consommation en limitant les gaspillages. 

Allonger la durée de vie de nos produits pour protéger le consommateur

L’allongement de la durée de vie des objets du quotidien passe par une meilleure information sur le cycle de vie des produits et davantage de protection du consommateur, notamment pour lutter contre l’obsolescence programmée. Il convient aussi de recréer chez le consommateur le réflexe de la réparation plutôt que de jeter un bien et d’en racheter un nouveau, tout en renforçant la place de l’économie sociale et solidaire au sein de notre économie.

Les mesures phares

  • Afficher de manière obligatoire à partir de 2020 pour les équipements électriques, électroniques et électroménagers une information simple sur leur durée de vie à travers un indice qui intégrera des critères sur leur réparabilité et leur durabilité. La France portera cette mesure au niveau européen dans le cadre de la révision des directives relatives à la vente de biens pour faire de cette information sur la réparabilité des produits une obligation communautaire harmonisée.

  • Porter au niveau européen une augmentation de la durée de garantie légale de conformité pour les appareils électroménagers et renforcer les contrôles de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) en matière de garantie légale de conformité : une enquête menée en 2016 sur 400 établissements dans le domaine des équipements électriques et électroniques a mis en évidence des manquements dans 50% des cas en matière d’information des consommateurs sur la garantie légale de conformité et la disponibilité des pièces détachées.

  • Faciliter le dépôt de plainte pour les consommateurs auprès des services de la répression des fraudes lorsque les entreprises ne respectent pas la garantie légale de conformité, au moyen d’un portail internet dédié.

  • Favoriser le développement de plateformes numériques cartographiant les services de réparation et de réemploi ; mobiliser les éco-organismes pour mettre les informations sur ces services à disposition du public en open data afin que des start-up proposent des applications pour la mise en réseau des réparateurs et leur mise en relation avec les consommateurs.

  • Étendre l’obligation d’affichage de la durée de disponibilité des pièces détachées vis-à-vis des consommateurs à l’obligation d’afficher leur éventuelle non-disponibilité.

 

Pour en savoir plus

http://www.editionsalternatives.com/site.php?type=P&id=1901

 

http://www.socialter.fr/fr/module/99999672/561/6_faons_de_lutter_contre_lobsolescence_programme

 

https://lesbrindherbes.org/2015/02/13/reparer-lalternative-lobsolescence/

 

Télécharger la fiche « Comment faire durer ses objets »

 

https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/fiche-comment-faire-durer-ses-objets.pdf

 

 

retour